Nos plantes

La persicaire à indigo

La Persicaria Tinctoria est une plante annuelle originaire d’Asie, sa croissance est rapide et elle peut atteindre 60cm de hauteur. Les graines que nous possédons ont été ramenées de l’ile de Sapporo au japon par M. Michel Garcia et sont récoltées chaque année par nos soins !

C’est grâce à cette plante que nous produisons un bleu indigo si intense… mais ne vous y trompez pas, elle ne produit pas son pigment pour notre satisfaction mais pour se protéger ingénieusement des UV et des insectes !

Afin de profiter nous aussi de ses bienfaits et de sa mécanique de défense nous devons tout d’abord extraire ce joli bleu caché dans ses feuilles.  En effet, les feuilles de la persicaire sont vertes ! Inutile donc d’imaginer un champ bleu, vous n’en verrez pas ! Cela demandera plusieurs semaines de travail et de manipulation pour profiter de sa beauté.

De nombreuses méthodes d’extraction existent et ce, depuis l’antiquité. Cela varie en fonction des pays, de la plante utilisée, ainsi que des moyens de production disponibles. Le pigment se présente sous différentes formes : l’indigo-compost, un terreau de feuilles compostées ; l’indigo-feuille, des feuilles de plantes séchées ou encore l’indigo-pigment…  Or, c’est ce dernier que nous avons choisi !

Cela consiste à infuser les feuilles pendant plusieurs heures afin de récupérer le jus chargé de pigments bleus. Durant cette étape le liquide obtenu est oxygéné et nous pratiquons un apport de chaux ou d’argile. Cet apport va permettre d’effectuer deux actions pour obtenir deux produits : 

    • Nous récoltons la mousse bleue qui se forme appelée fleurée. Cette mousse intense et aérée est mise à sécher pour créer des pigments très purs et fins généralement destinés aux beaux-arts.
  • Le reste du liquide va floculer et décanter car le pigment est insoluble à l’eau. Le liquide est filtré jusqu’à l’obtention d’une pâte  pigmentaire qui est ensuite nettoyée pour ne garder qu’un pigment propre de qualité. Enfin, cette pâte sera séchée puis broyée, jusqu’à obtenir une poudre très fine.

La garance

La garance des teinturiers ou rubia tinctorum est une plante vivace et rampante. Sa culture dure de 18mois à 10 ans : autant vous dire qu’il faut être patient avant que cette racine gorgée de colorant teigne vos tissus d’un rouge flamboyant ! Après cette longue attente nous arrachons les racines de la plante que nous faisons sécher puis que nous broyons finement. Malgré cette contrainte de temps, la région a développé une relation très forte avec cette plante et ce, depuis le milieu du XIXème siècle. En effet, de 1850 à 1870 le Vaucluse réalisait des productions record de 25000 tonnes de garance par an, employant jusqu’à 180 000 ouvriers agricoles.

La garance produit un colorant dit « à mordant », c’est-à-dire qu’il est indispensable de préparer la fibre pour capter la couleur avant de procéder à la teinture.

Le réséda lutéola ou la gaude

Réséda ou gaude de teinturiers dans un champ de Provence.

Cette grande fleur jaune a plusieurs noms pour la designer : elle se nomme réséda des teinturiers, réséda luteola ou encore la gaude. Mais si vous ne retenez pas tous ses noms vous ne l’oublierez pas lorsque vous la croiserez : c’est une jolie plante bisannuelle qui dès la première année laisse apparaitre une rosette de grandes feuilles composée d’un camaïeu de vert. Lors de sa deuxième année une grande hampe floral couverte de petites fleurs jaunes pouvant mesurer deux mètres de hauteur apparaît. Nous la récoltons dès la formation des premiers fruits. C’est grâce à cette tige florale ainsi que ces feuilles contenant le colorant jaune que l’on obtient l’une des meilleures colorations. En effet la gaude est réputée depuis des siècles pour être l’un des colorants  les plus solides c’est-à-dire les plus résistants au temps, à la lumière, aux frottements ainsi qu’aux lavages.

La gaude produit un colorant dit « à mordant », c’est-à-dire qu’il est indispensable de préparer la fibre pour capter la couleur avant de procéder à la teinture.